Série de témoignage: DES MOUSTIQUES ET DES FLEURS

Des moustiques et des fleurs

Texte de Laurianne Landry Beaudin

 

En appliquant chez Terrapex, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, je souhaitais principalement acquérir de l’expérience de terrain et avoir un aperçu du travail dans le domaine de l’environnement, pour voir si ce serait un univers qui m’intéresserait pour commencer ma carrière. Il s’avère que j’ai découvert un milieu de travail chaleureux et des gens sympathiques toujours prêts à aider et à répondre à mes interrogations!

J’apprécie beaucoup la liberté et le travail au grand air qu’offrent les chantiers.

On visite toutes sortes de sites, certains parfois inusités et souvent des endroits que nous ne pourrions accéder autrement (comme un site de compost… je n’ai jamais vu autant d’oiseaux charognards à un seul endroit).

Mes préférés restent tout de même les terrains vagues où la végétation a repris son droit. Se faire manger par les moustiques en ayant une douce odeur de fleurs sauvages, quoi demander de mieux! Je me permets même parfois de me faire un bouquet de fleurs sauvages en attendant que le pH de l’eau à échantillonner se stabilise (ben quétaine la fille).

On rencontre beaucoup de personnes, souvent sympathiques, mais parfois pas vite vite (ou trop vite, dépendamment de la situation). On nous envoie un peu partout, à la fin de l’été, je crois bien que les régions perdues du Québec n’auront plus de secret pour moi.

es et les tranchées me permettent d’observer des exemples de notions que j’ai appris dans mes cours, telles que de superbes rides de courant (voir photo, dans le sable de Brownsburg près de la rivière des Outaouais, vestige d’un affluent de la mer de Champlain?).

Bref, je n’aurais pas pu rêver mieux comme job pour l’été!

Solutions web par